Découvrez les 10 points à surveiller chez votre chien

(à l'aide de la souris, pointez les différents organes)
 

 

 

 

 

 

Oreilles

 

La présence de poils sur la face interne de l'oreille crée un milieu clos qui favorise le développement des bactéries, particulièrement chez les chiens à oreilles tombantes.

Ces poils permettent également aux épillets de certaines graminées de remonter jusqu'à l'intérieur du conduit auditif; s'ils atteignent le tympan ils peuvent le percer.

Pour prévenir ces désordres, une bonne hygiène est indispensable :

Maintenir les poils du pavillon de l'oreille propres, épiler les poils qui se trouvent à l'entrée du conduit auditif. Ne jamais nettoyer le conduit proprement dit, car le coton-tige ne ferait que de tasser un peu plus le cérumen.

Mettre régulièrement de l'acide borique dans le conduit, ce qui limite les fermentations.

En voiture ne pas permettre au chien de passer la tête par la fenêtre.

Après chaque baignade, bien essuyer l'intérieur des oreilles avec une serviette.

Attention : en se grattant et en secouant sa tête votre chien peut faire éclater un vaisseau du pavillon de l'oreille, ce qui crée un othématome qui nécessitera une intervention chirurgicale.

 

 

Yeux

 

Les yeux du chien sont souvent soumis à rude épreuve, du fait de l'activité même du chien : piqures de ronces, chocs, irritation mécanique, grattage, bagarres ...

L'oeil est un organe fragile, et il faut régulièrement s'assurer qu'il est en bon état.

Vérifier la couleur du blanc de l'oeil : à l'état normal on voit de fins vaisseaux rouges qui serpentent sur la conjonctive qui est blanche, parfois, surtout chez les chiens agés, on peut voir des taches de couleur marron. Si, par contre, la conjonctive est rouge et que les vaisseaux sont très visibles, il faut rapidement consulter un vétérinaire.

Vérifier que le chien ouvre correctement l'oeil : parfois la gêne ressentie par l'animal l'oblige à fermer l'oeil, qui est souvent, dans ce cas larmoyant. Là encore il faut consulter rapidement un vétérinaire.

Chez le vieux chien, on surveillera également la transparence du cristallin : le cristallin est cette loupe qui occupe le centre de l'iris et qui fait converger les rayons lumineux sur la rétine. Avec l'age, le cristallin s'opacifie : c'est la cataracte. Ce phénomène peut être plus rapide chez certains chiens, notamment en cas de diabète.

Enfin évidement, en cas de blessure il faut rapidement faire examiner l'animal.

Il faut savoir que les traumatismes à l'oeil ont souvent un aspect impressionnant, mais que traîtés rapidement et correctement, il guérissent très bien. En cas de problème occulaire, il est très important d'agir vite.

 

 

Truffe

 

La truffe est un organe très développé chez le chien, qui joue un rôle important. C'est grâce à elle que le chien inhale l'air qu'il inspire pour flairer. Pour respirer, surtout en cas d'effort, le chien se sert de sa gueule.

Compte tenu de son rôle stratégique, elle reflète assez fidèlement l'état général du chien.

La truffe doit être humide : le chien ne peut flairer que si les cavités nasales sont correctement humidifiées. Un chien qui a la truffe sèche est certainement malade.

Par contre la truffe ne permet pas d'apprécier la température de l'animal. Un chien malade a la truffe chaude pour la simple raison qu'elle est sèche, sans avoir nécessairement de température.

 

 

 

 

 

 

 

Gueule

 

Les dents du chien lui servent normalement à déchirer la viande, à l'arracher des os et à ronger des os. Ces efforts intenses ont notamment l'avantage de nettoyer les dents et d'éliminer la couche de tartre qui se forme sur les dents.

Malheureusement, la vie citadine n'oblige plus le chien à se servir autant de ses dents. Les propriétaires de petits chiens, de surcroît, répugnent à voir leur animal ronger des os.

En l'absence de brossage, le tartre s'accumule et constitue un milieu favorable à la prolifération bactérienne, ce qui donne une très mauvaise haleine au chien. Plus grave, le tartre fini par s'insinuer sous la gencive, ce qui conduit à la chute de la dent.

Pour ne pas en arriver là, il est indispensable d'assurer une bonne hygiène bucco-dentaire à son chien.

Le plus simple est de donner une fois par semaine un os plat cru (palette de boeuf ou de veau); laisser le chien le ronger pendant une heure puis le lui retirer et le jeter.

Pour ceux que la vue d'un os révulse, il existe la possibilité de donner des croquettes (vendues par votre vétérinaire) spécialement conçues pour nettoyer les dents des chiens.

Enfin pour les animaux aux dents trop entartrées, il sera nécessaire de pratiquer un détartrage sous anesthésie.

 

 

 

Respiration

 

Une respiration anormale peut être le premier symptôme d'affections graves sans rapport direct avec les poumons. Comme dans de nombreux cas un diagnostic précoce augmente sensiblement les chances de guérison.

En cas d'essouflement anormal du chien, on doit toujours craindre une insuffisance cardiaque voire une intoxication aux anticoagulants. Il est dans ce cas impératif de consulter rapidement un vétérinaire.

De même, on fera très attention à une toux chronique, surtout si elle est déclenchée par un exercice physique, ou par une excitation, ou si elle survient quand le chien est couché.

 

 

 

Estomac

 

Par rapport à sa taille, le chien a un estomac d'un grand volume. Cela est adapté au mode de vie du carnivore qui peut rester quelques jours sans manger, puis trouver une proie importante.

Chez les chiens de grande race, cet estomac une fois rempli est particulièrement lourd. Il peut au cours des mouvements de course se retourner dans l'abdomen, entraînant avec lui la torsion de vaisseaux sanguins vitaux.

Un tel accident est toujours très grave et peut provoquer la mort de l'animal.

Afin de prévenir son apparition, il faut répartir l'alimentation en 2 prises quotidiennes :

1/4 le matin, 3 heures au moins avant l'effort,

3/4 le soir ou au minimum 2 heures après l'effort.

Il faut surtout veiller à ce que l'animal ne courre pas l'estomac plein

Il faut donc également faire attention aux grandes quantités d'eau que le chien peut avaler quand il a soif. Si le chien a pu échapper à votre surveillance pendant quelques instants, assurez vous qu'il n'a pas bu avant de le refaire courir.

 

 

Coussinets

 

Les coussinets qui forment une véritable semelle, peuvent dans certains cas subir des blessures : coupures sur un tesson de bouteille, sur un caillou tranchant ...

En raison de la rigidité de la peau des coussinets, une telle blessure ne peut pas cicatriser d'elle même; en effet à chaque contact avec le sol, le coussinet se déforme en faisant bouger la plaie, ce qui casse le début de cicatrice qui commençait à se former et agrandit même la plaie par effet de cisaillement.

Il faut donc consulter un vétérinaire pour toute plaie au niveau des coussinets.

Pendant l'été, les espaces interdigités (entre les doigts) peuvent héberger des aoûtats. Ces petits acariens de couleur orange, se développent dans l'herbe et peuvent donc très facilement se retrouver sur le chien. Ils provoquent des démangeaisons intenses que le chien tente de soulager en se grattant. Des antiparasitaires externes utilisés en bains de pied, peuvent facilement venir à bout de ces parasites.

Ces parasites peuvent également provoquer des démangeaisons chez l'homme qui se contamine au contact de l'herbe.

 

 

 

Mamelle

 

A partir de l'age de 5 ans il faut surveiller régulièrement les mamelles d'une chienne.

Au moment des chaleurs et un mois après, on y recherche la présence de tumeurs débutantes. Ces tumeurs se présentent sous la forme d'un nodule allant de la taille d'une bille à la taille d'un oeuf; à la palpation la tumeur est plus dure que la mamelle elle-même, et sa consistance semble irrégulière (on sent des creux et des bosses). Au moment des chaleurs les cellules cancéreuses de la tumeur ont généralement tendance à se multiplier plus rapidement, c'est donc souvent lors de ces poussées que l'on commence à les sentir.

Diagnostiquée et traîtée précocément, une tumeur a peu de risque d'avoir entraîné des métastases. Il est donc très important que le propriétaire la découvre rapidement grâce à la palpation.

Deux mois après les chaleurs on s'assurera que la chienne ne fait pas de lactation nerveuse; en effet certaines chiennes se mettent à produire du lait au moment où elles auraient théoriquement mis bas si elles avaient été fécondées. Dans la nature, cette particularité permet aux louves non fécondées d'adopter les petits en surnombre de celles qui ont été fécondées.

Pour la chienne domestique, il faut nécessairement stopper cette montée de lait car en l'absence de chiot à adopter, la chienne va se têter elle-même et entretenir cette lactation.

Il est nécessaire de consulter un vétérinaire qui prescrira le médicament adapté.

 

 

 

Pelage

 

Le pelage du chien abrite souvent des hôtes indésirables (puces, tiques)

La puce pique le chien pour se nourrir de son sang; mais la salive qu'elle injecte lors de chaque piqure, provoque, à la longue, une réaction immunitaire de la part de l'animal. Cette réaction allergique se traduit par une inflammation du dos de l'animal (on parle souvent d'eczéma). L'animal se gratte énormément et se lêche, ce qui aggrave encore le phénomène.

A ce stade, il est impératif de consulter un vétérinaire qui traitera contre les puces, mais aussi contre l'inflammation et les éventuelles surinfections bactériennes.

Avant d'en arriver là, il est tout à fait possible de prévenir le phénomène en faisant la chasse aux puces. Mais il faut savoir que les puces restent en moyenne 20 minutes par jour sur le dos de l'animal (le temps de leur repas), le reste du temps elles se cachent sur la couche du chien ou dans tout autre endroit qui les protège. Il existe plusieurs méthodes : les colliers, les lotions, les "pour-on" qui sont des lotions très concentrées.

Les tiques se nourissent également du sang du chien mais restent accrochés pendant plusieurs jours. Ces tiques peuvent transmettre des maladies comme la piroplasmose (voir Abc santé)

Choisissez, avec votre vétérinaire, la méthode qui permet de lutter contre les puces et contre les tiques.

 

 

Articulations

 

Le chien se comporte souvent comme un athlète de bon niveau : saut d'obstacles, courses de fond, accélérations brutales.

Ses articulations sont soumises à rude épreuve, sans qu'il y ait toujours d'échauffement préalable. Deux types d'accidents sont malheureusement fréquents : l'ostéochondrite disséquante et la rupture du ligament croisé.

L'ostéochondrite disséquante survient généralement chez les jeunes chiens de grande taille. Elle est due à la rupture d'un petit morceau de cartilage articulaire à l'occasion d'un choc (réception après un saut d'obstacle). Ce petit morceau de cartilage va persister dans l'articulation et entraînera une boîterie. Pour prévenir ce genre d'accident on interdira aux chiens de grande race, tout saut d'obstacle jusqu'à l'age de 2 ans.

La rupture du ligament croisé concerne toutes les races et tous les ages. Elle est due à la rupture d'un des ligaments du genou, consécutive à une torsion du genou : par exemple le chien se tord la patte en marchant dans un trou de mulot. Ce genre d'accident peut arriver à tout moment, mais avec une fréquence plus grande en tout début d'exercice, quand le chien n'est pas encore échauffé, ou alors en fin de journée, quand le chien est fatigué et que son tonus musculaire et ses réactions sont plus faibles. On veillera donc à ce que le chien s'échauffe progressivement avant de produire des efforts intenses. Après un effort soutenu on surveillera ses réactions et en cas de manifestations de fatigue on arrêtera de le faire courir, spécialement sur terrain inégal.